Doubs : l'audit énergétique fait des vagues chez les élus

27 juin 2023 à 23:40   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
Doubs : l'audit énergétique fait des vagues chez les élus

Dans le Doubs, une situation complexe agite le monde de l'audit énergétique. Une entreprise locale se retrouve au cœur d'un conflit impliquant des élus et des professionnels. Des débats autour de la certification de l'audit, des courriers officiels et des alertes publiques, nous vous détaillons tous les aspects de cette affaire.

L'innocuité financière pour les particuliers mise en avant

Une caractéristique majeure de cette entreprise d'audit énergétique est qu'elle ne demande pas d'argent à ses clients. En effet, l'audit réalisé est pensé pour être intégralement financé par l'État, via les aides de MaPrimeRénov' (budget 2023 : 2,5 milliards d'euros). Un fait peu courant, le reste du coût est pris en charge par l'entreprise elle-même.

Cette approche innovante, qui rend le service accessible à tous, a pourtant suscité de vives réactions. Certains ont remis en question la viabilité de ce modèle économique, tandis que d'autres se sont inquiétés de la possibilité que cette gratuité apparente cache des intentions moins louables. Malgré ces doutes, l'entreprise a continué à mettre en avant cette absence de frais pour le particulier, se présentant comme un acteur majeur dans le secteur de l'audit énergétique.

Les coulisses de la querelle sur la certification

Comprendre la certification en audits énergétiques

La certification OPQIBI est un des critères essentiels pour prétendre aux aides publiques en matière d'audit énergétique. Cette certification garantit aux clients et aux institutions publiques que l'entreprise est capable de réaliser un audit énergétique dans les règles de l'art, respectant les normes en vigueur.

Pourtant, cette entreprise n'a pas cette certification. C'est un des points de discorde majeurs avec ses détracteurs. Les responsables de l'entreprise ont fait valoir que leur société est liée par convention à des structures privées certifiées, ce qui, selon eux, garantit la qualité de leurs services. Un argument qui n'a pas convaincu tout le monde.

Les positions divergentes des élus

Les élus de la Région ont montré des positions contrastées face à cette situation. Certains ont dénoncé une entreprise qui, selon eux, ne respecte pas les règles du jeu. Ils ont mis en garde leurs administrés contre des pratiques qu'ils jugent potentiellement frauduleuses. Ces élus ont également publié des messages d’alerte sur leurs pages Facebook.

À l'opposé, les responsables de l'entreprise ont décrié un complot destiné à nuire à leur activité. Ils se défendent en affirmant que leur entreprise est liée à d'autres structures privées certifiées, ce qui, selon eux, garantit la qualité de leur travail. Un argument qui n'a pas suffi à clore le débat.

Entre tensions et résolutions : les actions entreprises

Les missives et alertes diffusées

En réponse à la situation, plusieurs communes ont publié des messages d'alerte, appelant à la prudence face à de possibles fraudes. Les mairies ont également adressé des courriers officiels à l'entreprise, demandant l'arrêt de leurs prospections. Le courrier est revenu à l'expéditeur avec la mention "pli avisé mais non réclamé". Les dirigeants de l'entreprise soutiennent cependant n'avoir jamais rien reçu.

Ces actions, loin de résoudre le conflit, n'ont fait qu'augmenter les tensions. L'entreprise, qui se dit victime de l'incompréhension et de l'amertume de plusieurs anciens salariés, a tenu à dénoncer ce qu'elle considère comme une cabale contre elle.

La plainte déposée : une escalade dans le conflit

L'escalade a atteint son comble lorsque l'organisme officiel qui délivre les certifications OPQIBI a déposé une plainte contre l'entreprise pour "usage frauduleux" de leur marque et de leur logo. Cette plainte constitue une étape majeure dans le conflit, témoignant de la gravité de la situation.

Si cette affaire souligne l'enjeu crucial que représente l'audit énergétique, elle montre aussi l'importance de la confiance dans ce domaine. Pour les particuliers souhaitant bénéficier d'une aide de l'État via le dispositif MaPrimeRénov’, il reste essentiel de se tourner vers des professionnels agréés et certifiés. C'est la garantie d'un travail sérieux et respectueux des normes, indispensable pour optimiser l'efficacité énergétique de son habitat.