Cette température de climatisation est optimale dans votre entreprise ! Participez-vous à l'effort énergétique ?

28 juillet 2023 à 09:59   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
Cette température de climatisation est optimale dans votre entreprise ! Participez-vous à l'effort énergétique ?

Dans un contexte de transition énergétique et de lutte contre le réchauffement climatique, la sobriété énergétique est devenue une priorité pour de nombreuses organisations... Un enjeu majeur qui exige des mesures concrètes et une mobilisation de tous les acteurs. Les entreprises sont particulièrement sollicitées et devraient montrer l'exemple en faisant des économies d'énergie, notamment en régulant l'usage de la climatisation.

Depuis plusieurs années, la loi impose aux entreprises de ne pas laisser la température de la climatisation descendre en dessous de 26 °C. Une mesure qui n'est pas toujours respectée, malgré son importance cruciale pour la maîtrise de la consommation d'énergie.

Les enjeux de la sobriété énergétique en entreprise

Le gouvernement a réitéré son appel aux entreprises françaises pour continuer à réduire leur consommation d'énergie. L'objectif ? Atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Un défi ambitieux qui nécessite des efforts de la part des entreprises pour minimiser leur impact sur l'environnement. Dans cette optique, la climatisation représente un poste de consommation significatif à maîtriser.

La régulation de la climatisation : une mesure efficace

La régulation de la température de la climatisation est une mesure dont l'importance ne doit pas être sous-estimée. En effet, une température de 26 °C ou plus peut permettre de réaliser des économies d'énergie significatives, sans pour autant compromettre le confort des employés. Enfin, un tel geste contribue à la protection de l'environnement en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

Une responsabilité partagée

Le respect de cette régulation de la climatisation est une responsabilité partagée entre les dirigeants d'entreprise et leurs employés. Les premiers doivent mettre en place des politiques claires et veiller à leur application, tandis que les seconds sont invités à adopter des comportements respectueux de l'environnement.

Des incitations plutôt que des sanctions

Le gouvernement mise sur une approche incitative plutôt que punitive. Il est convaincu que le secteur privé, tout comme les citoyens, est sensible aux enjeux environnementaux et souhaite contribuer à la protection de la planète. Ainsi, la responsabilisation et l'engagement volontaire sont privilégiés dans la démarche de sobriété énergétique.