La vie chez les parents à 30 ans : Une réalité en Corse influencée par le marché immobilier

11 juillet 2023 à 23:15   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
La vie chez les parents à 30 ans : Une réalité en Corse influencée par le marché immobilier

Dans l'Île de Beauté, une tendance s'est cristallisée ces dernières années : celle des jeunes de 30 ans et plus restant dans le foyer familial. Cela peut sembler étonnant, mais c'est une réalité pour beaucoup de Corses actuellement. Voyons d'où vient cette situation et comment évolue-t-elle.

Prenez Sarah, 31 ans, résidant toujours chez ses parents à Bastia. Pourquoi ? La réponse est simple : malgré une volonté de voler de ses propres ailes, la précarité de son travail et des revenus limités n'ont pas rendu cela possible. Elle le sait, l'indépendance a un prix, et pour le moment, elle n'est pas en mesure de le payer. La cohabitation avec ses parents se passe bien, mais elle aspire à plus. À son âge, beaucoup de ses amies ont déjà acquis leur propre logement et profitent de la liberté qui en découle.

  • Le coût du logement : À Bastia et ses environs, le loyer oscille entre 600 et 700 euros par mois. Un montant que Sarah ne peut assumer avec ses salaires fluctuants.
  • Les conditions des HLM : Ayant déjà tenté une demande pour un logement HLM qui a été refusée par manque de financement, Sarah est réticente à l'idée de renouveler l'expérience.

Malheureusement, le cas de Sarah n'est pas une exception. Les jeunes adultes qui résident toujours chez leurs parents ne sont pas un phénomène rare en Corse. Le phénomène "Tanguy", en référence au film d'Etienne Chatiliez où un étudiant de 28 ans persiste à rester chez ses parents, a pris de l'ampleur au fil des années, particulièrement avec l'augmentation des prix immobiliers.

Selon Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, les jeunes européens quittent le nid familial à 26,4 ans en moyenne. Un chiffre qui ne change guère depuis 20 ans. Néanmoins, de fortes disparités existent selon les pays. Les Finlandais sont les plus précoces à quitter le foyer à 21,3 ans, tandis que les Croates quittent le plus tardivement à 33,4 ans. Les jeunes Français, eux, quittent en moyenne à 23,4 ans le foyer parental.

Le salaire, l'emploi, le niveau d'études et le coût de la vie sont des facteurs déterminants dans l'accès à l'indépendance financière. Des "Tanguy" qui, comme Sarah, n'ont jamais quitté le nid et d'autres qui ont été contraints d'y revenir.

Frédéric, quadragénaire, fait partie de ce deuxième groupe. Après un divorce coûteux et des difficultés salariales, il a choisi de revenir vivre au domicile de ses parents. Une situation qui s'est prolongée plus que prévu à cause des aléas de la vie.

Enfin, il y a ceux qui sont contraints de trouver refuge chez leurs parents de manière saisonnière, comme Thomas*. Avec un contrat à durée indéterminée et un salaire d'environ 1800 euros net par mois, ce jeune trentenaire estime avoir une situation "solide", mais la location touristique et la hausse des prix sont des freins à son indépendance. Chaque été, il retourne vivre chez ses parents, une situation qui, bien qu'elle ne soit que temporaire, n'en est pas moins frustrante.

Ces exemples illustrent bien comment le marché immobilier en Corse influence le mode de vie de ses habitants. Ils montrent aussi combien il est urgent de trouver des solutions pour remédier à cette situation. Un défi pour les pouvoirs publics et les acteurs du marché immobilier.

*Le prénom a été modifié pour préserver l'anonymat de la personne.