Les dérives du luxe : Un appartement parisien coûte 5 000 euros par mois à l'agglomération de Saint-Étienne

05 juillet 2023 à 11:27   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
Les dérives du luxe : Un appartement parisien coûte 5 000 euros par mois à l'agglomération de Saint-Étienne

À Saint-Étienne Métropole, un choix de location suscite l'étonnement. Depuis juin 2021, l'agglomération loue un appartement au 83 rue Saint-Honoré, dans le prestigieux 1er arrondissement de Paris. Utilisé comme "maison de Saint-Étienne Métropole", ce logement provoque une controverse, selon un rapport du Parisien, du 15 juin 2023.

D'une surface de 94 m², l'appartement comprend des salles de réunion et d’échanges destinées à des rendez-vous économiques. Pourtant, en deux ans, aucun élu de l’agglomération ne semble avoir mis les pieds à l'intérieur. Éric Berlivet, ancien vice-président de Saint-Étienne Métropole, affirme même dans une interview accordée à un quotidien régional : "Je ne connais pas un élu qui y soit allé avec des entrepreneurs. Personne n’est capable de dire à quoi ressemble l’intérieur".

Un loyer exorbitant

Le loyer de 5 000 euros par mois n'est pas la seule source d'inquiétude. Des travaux coûteux ont également été réalisés. Pierrick Courbon, conseiller d’opposition, dénonce cet investissement : "Je n’ai rien contre le fait que la métropole ait des locaux à Paris. Ce qui me gêne, c’est que l’on investisse 60 000 euros dans des travaux pour un bail de trois ans qui se terminera irrévocablement fin mai 2024".

Peu d'utilisation

En deux ans, seuls une douzaine de rendez-vous ont eu lieu dans les murs du 83 rue Saint-Honoré. De plus, le conseiller Courbon affirme n’avoir pas eu accès à la liste des visiteurs de cet appartement.

La défense de Gaël Perdriau

Gaël Perdriau, ancien président de la métropole stéphanoise et signataire du bail, est mis en cause dans cette affaire. Il insiste pourtant sur le fait que la métropole a elle-même contacté plusieurs centaines d’entreprises directement. Selon lui, "tout ceci a été fait dans la plus grande des transparences". Pourtant, cette affaire se rajoute à une liste déjà longue de controverses pour l'ancien maire, notamment en raison de l’affaire du chantage à la sextape qui a secoué la mairie de Saint-Étienne.

Implications pour le marché immobilier

Cette affaire soulève des questions sur la gestion des fonds publics en matière de location immobilière. La location d'un logement aussi coûteux, qui est rarement utilisé, peut sembler une dépense extravagante pour une collectivité. Cela met en lumière la nécessité d'une gestion plus rigoureuse des dépenses publiques, notamment dans un contexte où de nombreuses personnes peinent à accéder à un logement abordable.

L'affaire met également en évidence l'importance des diagnostics immobiliers, des DPE et des audits énergétiques. Il serait peut-être intéressant pour Saint-Étienne Métropole de réaliser un audit énergétique de cet appartement pour évaluer sa performance énergétique et peut-être réaliser des économies.