Les pièges de l'auto-rénovation énergétique dévoilés

29 juin 2023 à 16:22   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
Les pièges de l'auto-rénovation énergétique dévoilés

La rénovation autonome devient de plus en plus populaire, motivée par les subventions disponibles et la volonté de contribuer à un monde plus vert. Cependant, cette pratique peut aussi présenter des risques. Ces derniers vont d'aspects sanitaires aux implications juridiques, en passant par des conséquences techniques.

Pourquoi l'auto-rénovation est-elle encouragée ?

Ce n'est pas un secret que la rénovation énergétique à grande échelle est nécessaire pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. L'auto-rénovation pourrait aider à surmonter les obstacles qui entravent actuellement ce processus, tels que :

  • Un nombre insuffisant de rénovations globales
  • Un manque de professionnels et d'artisans qualifiés
  • La complexité des dispositifs de subventions
  • La peur des escroqueries liées à la rénovation énergétique
  • Des délais de versement des aides trop longs

Néanmoins, il est crucial de souligner que l'auto-rénovation n'est pas sans risques.

Qu'est-ce que l'auto-rénovation ?

L’auto-rénovation se réfère à la situation où le propriétaire réalise lui-même les travaux, sans faire appel à des professionnels. Alors que certaines subventions sont déjà disponibles pour ces projets, leur mise en œuvre est souvent plus complexe et risquée qu’il n’y paraît. Il existe trois types d'auto-rénovation : accompagnée, hybride, et autonome.

Quels sont les risques de l'auto-rénovation ?

Ceux qui choisissent la voie de l'auto-rénovation doivent être conscients des défis auxquels ils peuvent être confrontés.

Risques sanitaires

Les bâtiments peuvent contenir des polluants dangereux comme l'amiante ou le plomb. Les particuliers ne sont souvent pas conscients de ces risques, contrairement aux professionnels qui y sont formés. Par conséquent, les bricoleurs peuvent s'exposer à des risques sanitaires.

Les enjeux énergétiques

Les propriétaires peuvent entreprendre des projets de rénovation sans avoir une vue d'ensemble de l'efficacité énergétique de leur logement. Ils peuvent par exemple remplacer leurs fenêtres ou leurs radiateurs, pensant ainsi améliorer leur diagnostic de performance énergétique (DPE). Or, sans un audit énergétique complet, ces travaux peuvent s'avérer insuffisants.

Risques juridiques et d'assurance

En cas de malfaçons, le propriétaire est responsable des travaux effectués. De plus, les droits des voisins doivent être respectés. Il est donc crucial de souscrire une assurance adaptée. En outre, le propriétaire est soumis à la responsabilité décennale, qui couvre les dommages pouvant affecter la solidité de l'ouvrage ou le rendre impropre à sa destination.

Comment rénover dans les règles de l'art ?

Même pour un bricoleur chevronné, une vigilance extrême est nécessaire lorsqu'il s'agit de rénovation énergétique. Le projet doit être bien préparé, en particulier si le bien doit être vendu ou loué par la suite.

Il est crucial de rappeler que l'auto-rénovation ne doit pas être choisie par défaut, simplement parce qu'il y a un manque d'auditeurs ou d'artisans qualifiés. Dans ce cas, des problèmes majeurs pourraient survenir.

En fin de compte, bien qu'il puisse être tentant d'entreprendre soi-même la rénovation de son logement, il est vital de peser le pour et le contre avant de se lancer. L'auto-rénovation peut certainement contribuer à l'élimination des passoires thermiques, mais elle doit être abordée avec prudence et planification.