DPE et audits énergétiques : le cas de la controverse sur leur renouvellement

30 juin 2023 à 15:42   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
DPE et audits énergétiques : le cas de la controverse sur leur renouvellement

Une question anime fréquemment le monde de l'immobilier et plus particulièrement celui des diagnostics immobiliers : devrait-on refaire un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) déjà réalisé par un confrère ? Cette interrogation, loin d'être anodine, soulève de multiples préoccupations quant à l'intégrité, la fiabilité et le rôle du diagnostiqueur. Décortiquons ensemble ces aspects.

Comprendre le rôle du DPE et de l'audit énergétique

Dans le cadre d'une vente ou location immobilière, le DPE est devenu une étape incontournable. Ce diagnostic permet d'évaluer la performance énergétique d'un logement, c'est-à-dire sa consommation d'énergie et son impact environnemental. En parallèle, l'audit énergétique est une analyse plus approfondie visant à identifier les améliorations possibles pour optimiser la consommation énergétique du logement. Ces deux outils sont donc complémentaires.

Mais qu'arrive-t-il lorsque ces diagnostics sont remis en question ? Pourquoi un propriétaire ou un agent immobilier demanderait-il de refaire un DPE ou un audit énergétique déjà réalisé ? Plusieurs raisons peuvent justifier cette demande. Parfois, c'est le manque de confiance envers le premier diagnostiqueur. Dans d'autres cas, le donneur d'ordre pourrait soupçonner l'existence d'erreurs ou d'incohérences dans le premier diagnostic.

Refaisons-nous le DPE et l'audit énergétique ?

La remise en question du DPE initial et de l'audit énergétique peut mettre le diagnostiqueur dans une situation délicate. D'un côté, refaire ces diagnostics pourrait donner l'impression de valider les soupçons sur l'incompétence du confrère. D'un autre côté, le refus pourrait être interprété comme un manque de professionnalisme ou une incapacité à assumer une responsabilité.

Face à ce dilemme, deux courants de pensée s'opposent. Les premiers, convaincus de la nécessité de garantir un résultat fiable, n'hésitent pas à refaire le DPE et l'audit énergétique si la demande est justifiée. Les seconds, par contre, estiment que ce n'est pas à eux de juger les compétences de leurs pairs ou de remettre en question leurs diagnostics.

Une pratique de plus en plus courante

Si cette situation peut sembler complexe pour les professionnels du diagnostic immobilier, elle l'est tout autant pour les propriétaires et agents immobiliers. En effet, de plus en plus de particuliers et d'agences immobilières optent pour la réévaluation des DPE. Que ce soit en raison d'un classement défavorable ou d'un simple doute sur la véracité du premier diagnostic, cette pratique est de plus en plus courante.

Cela soulève néanmoins des questions cruciales. Si la note du DPE est identique après réévaluation, le propriétaire aura payé deux fois pour le même diagnostic. Si elle est différente, à qui doit-il faire confiance ? Ces incertitudes génèrent un climat d'anxiété et une situation absurde.

Un défi pour la filière et le ministère

Le fait même de se poser la question de la nécessité de refaire un DPE après le passage d'un opérateur certifié est un signe de déficience dans le secteur. Cela met en lumière la nécessité urgente de fiabiliser la réalisation du diagnostic et d'assurer une meilleure réglementation.

Certes, la décision d'accepter ou de refuser de refaire un DPE n'est pas facile. Chacun essaie de prendre la décision la moins mauvaise dans un contexte préjudiciable à tous. Cependant, cette situation doit nous inciter à réfléchir à une meilleure régulation et à une formation continue des diagnostiqueurs pour garantir des audits énergétiques et des DPE fiables.