Visiter une maison à vendre vous coûtera 30€... Cette tendance pourrait gagner du terrain !

21 septembre 2023 à 11:45   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
Visiter une maison à vendre vous coûtera 30€... Cette tendance pourrait gagner du terrain !

Gardez vos 30€ pour votre futur investissement immobilier

En voilà une idée qui peut paraître saugrenue aux premiers abords. Pourtant, en Espagne, une propriétaire a décidé de faire payer 30€ pour la visite de sa maison mise en vente. Un concept qui interroge, choque, mais qui semble faire sens pour la propriétaire...

Une logique de rentabilité

Elle justifie cette décision par le fait qu'elle préfère se débarrasser des mauvais payeurs et des curieux. Selon elle, alors que les agences immobilières retiennent jusqu'à 6% du prix de vente, elle ne demande qu'une simple contribution pour une visite. Un moyen de filtrer les visiteurs sérieux ?

L'immobilier en Espagne, un marché en plein essor

L'Espagne est devenue une destination privilégiée pour l'investissement immobilier. Le doux climat, la fiscalité avantageuse et la géographie attrayante attirent les investisseurs de partout dans le monde. Que ce soit pour une résidence principale, une résidence secondaire ou un investissement locatif, le territoire ibérique a tout pour plaire.

  • 565 523 logements ont été vendus en Espagne en 2021
  • Une augmentation de 34,6% par rapport à 2020
  • Un niveau de vente jamais atteint depuis la crise de 2007

Le marché immobilier espagnol est en pleine effervescence. Les ventes de biens explosent, les prix flambent et les opportunités se multiplient. Mais cette tendance pourrait-elle justifier une visite payante ?

Quelles conséquences pour le marché immobilier ?

Si cette tendance venait à s’étendre, elle pourrait bouleverser le marché immobilier. Cette pratique risque de freiner les visites et par conséquent, ralentir le marché. D'un autre côté, elle pourrait également permettre de filtrer les acheteurs sérieux et d’optimiser le temps de chacun. En fin de compte, seul le temps nous dira si cette pratique deviendra la norme ou restera une exception.