Classes énergies (DPE) F et G : Découvrez nos conseils

18 décembre 2022 à 18:30   •  Accueil » L'actualité du diagnostic immobilier
Classes énergies (DPE) F et G : Découvrez nos conseils

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) révèle 7 classes de performance énergétique : elles vont de A à G. Un logement de classe F ou G est considéré comme une passoire thermique. En effet, un logement F émet entre 56 et 80 Kg eq CO2/m²/an et consomme entre 331 et 450 KW/m²/an, tandis qu’un logement de classe G émet plus de 80 Kg eq C02/m²/an et consomme plus de 450 KW/m²/an. Très polluants et très énergivores, de tels logements nécessitent, dans l'urgence, des travaux de rénovation. Voici nos conseils !

Rénovation d’un logement de classe F ou G : renforcer l'isolation

Les travaux de rénovation énergétique visent à améliorer la performance énergétique du logement tout en réduisant ses émissions de gaz à effets de serre. Le but étant de le rendre plus économique et écologique. Il faut savoir qu'un logement mal isolé perd environ 30 % de son énergie.

Lorsque le DPE classe un logement dans la catégorie F ou G, le premier pan sur lequel, il faut se pencher, c'est le renforcement de l'isolation. Dans cette perspective, il faut optimiser l’étanchéité. Cela, au niveau des cloisons (murs, combles, plafond et plancher, etc.) et des ouvertures (portes, fenêtres, etc.).

L'installation d'un double vitrage serait grandement bénéfique. Par ailleurs, il est possible d'effectuer une isolation des murs intérieurs pour obtenir un véritable bâtiment BBC.

Installer la VMC

La ventilation d'un logement rend possible le renouvellement de l'air. L'avantage de la VMC, c'est qu'en plus de renouveler l'air ambiant dans le logement, elle participe à son isolation en retenant la chaleur provenant de celui-ci.

En conséquence, la consommation énergétique primaire du bâtiment diminue de façon automatique. Qu'il s'agisse de la VMC simple ou double-flux, elle permet de diminuer la pollution et le taux d'humidité à l’intérieur de la maison.

Remplacer les équipements énergivores

Une façon de faire baisser la consommation énergétique d'un bâtiment afin qu'il obtienne une meilleure classe DPE, consiste à remplacer les appareils énergivores. Ainsi, vous pouvez remplacer la chaudière au fioul par une PAC (pompe à chaleur). Par ailleurs, vous pouvez opter pour une chaudière à bois. Économique, elle n'est utilisée que par 5 % des ménages en France selon l'ADEME.

Les ménages utilisant le raccordement de gaz peuvent remplacer l'ancien modèle de chaudière par une chaudière à condensation. Outre cela, utilisez les radiateurs performants. N’hésitez pas à vous procurer un thermostat programmable.

De plus, il faut chauffer les pièces du logement à la bonne température pour éviter une consommation énergétique excessive et non justifiée. Vous pouvez aussi installer des filtres anti-froid sur les fenêtres.

Bénéficier des aides de l’État

Pour faire améliorer le score du DPE (diagnostic de performance énergétique) des logements, l’état octroie des aides afin de diminuer le coût total de la rénovation. En conséquence, vous pouvez bénéficier des aides suivantes.

La prime énergie Monexpert

Elle finance les travaux censés réduire la consommation énergétique de manière significative. Elle rémunère l'isolation des combles jusqu’à 9 €/m² et l'isolation des murs jusqu’à 4 200 € pour un logement de 100 m² chauffé au fioul. Par ailleurs, elle finance l'installation de la pompe à chaleur à hauteur de 295 € et celle d'une chaudière à condensation jusqu’à 263 €.

Cette prime offre une protection juridique. En outre, elle est cumulable avec MaprimeRenov’. Généralement, elle est versée 5 jours après l'approbation du dossier.

Le chèque énergie

Suite à la hausse des prix de l’énergie due à la crise en Ukraine, le chèque énergie est un mécanisme destiné à aider les ménages à payer leur facture d’énergie. Le montant du chèque énergie varie entre 48 € et 277 €. Il change selon les revenus des ménages bénéficiaires.

L'éco prêt à taux zéro

Cette prime énergie permet de financer les travaux de rénovation énergétique d'un logement énergivore. Il s'agit d'un prêt sans intérêt. Le montant maximal attribuable est de 50 000 €. Qu'il s'agisse d'un locataire ou d’un propriétaire, le prêt à taux zéro est attribué à tous ceux qui désirent réduire la consommation énergétique excessive de leur logement.

Les aides de l'ANAH

L'agence nationale de l’habitat (ANAH) octroie une panoplie d'aides à améliorer le diagnostic de performance énergétique des logements. Il s'agit entre autres de MaprimeRenov’et MaprimeRenov’ Sérénité. En plus de financer l’audit énergétique, elle octroie des fonds destinés à la réalisation des travaux. Le montant peut atteindre 25 000 €, en fonction de la formule choisie.

Outre ces aides, vous pouvez bénéficier de :

  • La TVA réduite à 5,5 % ;
  • La prime de la CAF ;
  • Prime de sortie de passoire thermique ;
  • Plusieurs aides départementales et locales ;
  • Etc.

Pour bénéficier de toutes ces aides, il faut remplir certaines conditions. Entre autres, vous devez confier les travaux à un professionnel RGE.

Pourquoi faire impérativement des travaux de rénovation ?

Les travaux de rénovation énergétique d'un logement de classe F ou G sont profitables sur le long terme. Ils permettent aux occupants du logement de faire des économies. En outre, ils conduisent à la réduction de l'empreinte carbone du logement. Voici d'autres raisons pour lesquelles il est impératif de faire de tels travaux.

Pour la vente ou la mise en location d'un logement, le DPE est obligatoire

Faire la rénovation d'un logement de classe F ou G est profitable aussi bien au propriétaire du logement qu'à l'environnement. En effet, le DPE (diagnostic de performance énergétique) est un diagnostic immobilier obligatoire lorsqu'on veut mettre en vente ou en location un logement. En effet, plus un logement consomme l'énergie, moins il est profitable sur le long terme.

C’est pourquoi, ce diagnostic immobilier constitue est annexé ou contrat de location ou de vente (au même titre que tous les diagnostics immobiliers obligatoires). Si vous avez un logement classé F ou G, faire des travaux de rénovation constitue une obligation, si vous voulez le vendre ou le mettre en location à un bon prix.

La Loi en vigueur est contraignante en termes de consommation énergétique

En France, le gouvernement démontre une réelle volonté d’éradiquer les logements dits « passoire thermique ». Le but étant de réduire ses émissions de gaz à effets de serre. En conséquence, la France met l'accent sur les logements BBC et BEPOS.

Par ailleurs, le Parlement a voté plusieurs lois contraignantes afin de forcer les propriétaires à s'arrimer. Ainsi, les bailleurs et propriétaires ont l'obligation d'effectuer le DPE et le mettre en annexe au contrat de location. Par ailleurs, la Loi Climat et résilience, en vigueur depuis le 25 août 2022, interdit l’augmentation du loyer des logements de classés G ou F.

Cela signifie que les contrats de location renouvelés, conclus ou tacitement reconduis ne pourront pas subir une hausse de prix à compte de cette date. Par ailleurs, la Loi climat et résilience prévoit l'interdiction de la location des logements classés F et G en 2023. À Paris, en Guadeloupe ou en Martinique, les propriétaires ont donc tout intérêt à se mettre à jour.