Sommaire

La construction d’une maison est un projet qui nécessite de passer par une phase de préparation. C’est l’étape à laquelle des dispositions doivent être prises pour que le bâtiment à construire soit durable et réponde aux normes réglementaires. En ce sens, il pourrait être avantageux de procéder à l’étude du sol devant accueillir la construction. Bien qu’elle ne soit pas toujours indispensable, l’étude de sol est d’une grande importance. C’est un diagnostic réalisé par un expert et qui renseigne sur les caractéristiques mécaniques et la nature du sol. Vous saurez alors si vous pouvez y construire votre maison ou non. Dans certains cas, cette analyse peut même être obligatoire. Découvrez plus de détails sur l’étude de sol obligatoire dans cet article.

Étude de sol G1

Si vous avez un projet de mise en vente d’un terrain non bâti, la loi Élan du 1er octobre 2020 exige que vous fassiez une étude de sol G1. De façon particulière, cette exigence légale s’applique à certains terrains constructibles. Il s’agit de ceux qui sont situés dans des zones exposées au retrait et au gonflement des argiles.

Pour aller plus loin, l’étude de sol G1 est une analyse géotechnique qui se réalise en deux étapes. Il s’agit de la phase étude de site (ES) et de la phase principes généraux de construction (PGC). 



Étude de site (ES)

L’étude de site permet d’identifier les risques géologiques du terrain. Pour cela, l’expert fera une enquête documentaire du cadre géotechnique de la zone concernée. Il examinera aussi la présence d’avoisinants. Pour la réussite de cette étape de l’étude de sol, le professionnel mettra en place un programme d’investigation géotechnique au besoin. 

Il fera par la suite un suivi technique et tiendra compte des résultats pour établir un rapport. Ce document est le modèle géologique préliminaire et devra comporter plusieurs mentions importantes. Il s’agit notamment des caractéristiques géotechniques du sol ainsi que des risques majeurs liés à la construction d’un bâtiment sur le terrain. 

Principes généraux de construction (PGC)

La deuxième partie de l’étude de sol G1 est celle des principes généraux de construction (PGC). Ici, le géomètre fait des recommandations au propriétaire pour l’exécution de son projet en s’inspirant de la loi Élan. Les prescriptions générales de cette loi concernent aussi bien un projet de nouvelle construction que d’extension. 

Si l’ES se réalise avant les phases d’étude préliminaire, d’APS et d’esquisse, les principes généraux de construction se font pendant celles-ci. C’est à cette étape de l’étude de sol G1 que les propriétaires ont les éléments nécessaires pour limiter les risques géotechniques de la phase précédente. 

Les données géotechniques recueillies permettront au géomètre de proposer, par exemple, un programme d’investigation spécifique. Il réalisera aussi un suivi technique. Le professionnel produit un rapport de synthèse à la suite du PGC. Ce document doit idéalement présenter l’approche de la ZIG (Zone d'Influence Géotechnique) et les principes de la construction. 

Il peut faire des recommandations pour le terrassement, les ouvrages enterrés, les fondations et plusieurs autres aspects pour davantage valoriser le terrain. 

Qui est habileté à réaliser une étude de sol G1 loi Élan ?

Pour être jugée recevable, l’étude de sol G1 loi Élan doit être exécutée conformément à la norme NF P 94-500. Cette norme a été établie en novembre 2013 et pour s’y conformer, c’est à un professionnel spécialisé qu’il faut confier le projet. 

Pour rappel, l’étude de sol G1 est une évaluation visant à anticiper la réaction du sol face à la réhydratation ou à la sécheresse. Le géomètre certifié a les aptitudes nécessaires pour répondre efficacement à cette exigence. Son travail permettra également de limiter les risques et les incertitudes géotechniques s’il y a retrait et gonflements des argiles. 

Confier l’étude de sol G1 loi Élan à un géomètre certifié est aussi important puisqu’il faut d’abord faire un prélèvement du sol à étudier. Ensuite, il faudra réaliser des essais d’identification en laboratoire et une enquête documentaire. Pour toutes ces tâches, il faut avoir des compétences pointilleuses. C’est là encore une autre raison de se tourner vers un géomètre certifié. 

Étude géotechnique de conception G2

Deux personnes sont habilitées à réaliser l’étude géotechnique de conception G2 : le maître d’ouvrage et le mandataire. Cette analyse se fait en trois phases. Il y a l’avant-projet (AVP), le projet (PRO) et le DCE (dossier de consultation des entreprises) et ACT. 

La phase avant-projet (AVP) est exécutée par le maître d’œuvre. Pour réaliser cette tâche, le professionnel aura besoin de toutes les données géotechniques liées au sol. Il pourra alors se servir de cette analyse pour identifier un programme d’investigation spécifique. 

Les hypothèses géotechniques à prendre en compte pour le projet devront être consignées dans un rapport rédigé à la fin de cette phase. Les principes de construction que le propriétaire pourrait envisager sur le terrain seront aussi inclus dans le document. Il devra également contenir une ébauche dimensionnelle en tenant compte du type de l’ouvrage. 

La phase projet est aussi réalisée par le maître d’œuvre et cette étape apporte de nombreuses informations sur le sol. Cela prend en compte les valeurs qui caractérisent les paramètres géotechniques du terrain. Les détails techniques liés à la construction doivent aussi être pris en compte ici. Il s’agit notamment des assises de dallages, des fondations, des améliorations de sols et autres. 

La dernière phase de l’étude géotechnique de conception G2 est celle du dossier de consultation des entreprises. On la réalise au même moment que les contrats de travaux. Cette étape est sanctionnée par la rédaction des documents techniques liés à la construction de la maison. 

Vous y retrouvez donc le cahier des charges, les plans, le cadre de bordereau des prix. Enfin, il faudra établir un planning prévisionnel pour l’exécution des travaux de construction ou d’extension. 

 

Pourquoi réaliser une étude de sol avant la construction d’une maison ?

Vous tirerez plusieurs avantages de l’étude de sol en amont d’un projet de construction de maison. Le premier atout, c’est le gage de sécurité que vous donnez aux futurs résidents. C’est le moyen par lequel vous aurez une idée précise sur les techniques à employer pour avoir une habitation sécurisée. 

L’étude de sol est particulièrement recommandée lorsque le terrain est situé dans une zone à risques. D’un autre côté, cette analyse offre un gage de pérennité à la construction. Vous aurez alors une fondation solide et stable pour la maison. Vous prévenez par cette même occasion les sinistres.